Rechercher dans ce blog

dimanche 18 mars 2018

LE PETIT JEU DE LETTRES - 156- MALEGOU

http://ekladata.com/335d8TcECINFjFgqCAjCZzcKeVM@256x171.jpg

Les consignes :
Avec les lettres proposées, faire des mots de 5 lettres au moins et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte sur un thème de votre choix ou pour corser faire le texte en rapport avec le mot trouvés.

Les mots pour aujourd'hui sont : A E E E O U G L M N R V

Et voici mon texte :

Armel était le capitaine du Gnome, et son équipage était fier d'être à son bord. Les marins se sentaient libres, contrairement à Armel qui commençait à prendre son bateau pour une geôle.
Il avait toujours rêvé de vivre au VIème siècle, rien que pour pouvoir posséder une Galère, mais il n'avait hérité que d'un simple caboteur à coque rouge. Il transportait une petite cargaison de melons et de mangues d'un pays à un autre, mais il sentait bien qu'il allait devoir changer de style de navire car celui-ci commençait à ne plus lui convenir du tout.

Armel voulait changer d'environnement. Depuis dix ans, il naviguait sur les côtes françaises et espagnoles, et il désirait découvrir les lagunes et le plus grand lagon d'Europe : Balos. Peut-être ne transporterait-il plus de marchandises, peut-être changerait-il carrément de métier. Mais à ce jour, il avait besoin d'autre chose, de quelque chose de plus aventureux et de moins routinier. Il avait soif de découverte !

Ce marin au cœur tendre n'avait jamais eu la chance de vivre une relation amoureuse puisqu'il avait consacré sa vie à la mer. Il en avait pris du galon, et pourtant... Peut-être était-il temps pour lui de penser à se poser quelque part, à larguer les amarres, à se reposer. Parfois, il rêvait d'une plage au bord d'une mer turquoise, avec des cocotiers et lui, sirotant de la gnaune sur sa chaise longue. Ah, il rêvait notre chez Armel, il rêvait...

Mais pour l'instant, il devait diriger son équipage, et pas question de perdre de vue sa mission. Encore une semaine de boulot avant de rentrer au bercail. Les allers retours constant n'épuisaient guère son équipage, fort heureusement. Ils étaient tous beaucoup plus jeunes, et c'est cela qui l'aider à garder le cap.

Aurélia F. - 17 / 03 / 2018

C'était ma participation au petit jeu de Lady Marianne.

6 commentaires:

  1. Un texte sympa qui nous emmène loin du monastère de notre Lady ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce texte qui nous fait voyager .
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  3. une belle histoire --
    le mot est MALEGOUVERNE
    j'espère qu'il va pouvoir penser à fonder une famille et se reposer un peu-
    merci pour ta participation-
    je suis sur ton défi---- ça se précise ! lol
    bisous et bonne soirée -

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohh cool ! Je vais aller le lire, je suis mega à la bourre LoL Bises.

      Supprimer